Sahih Al Boukhari
 

 

 
 

 TITRE 30

DU JEÛNE

CHAPITRE LIX. - Du jeûne du Prophète David.

1. Abou'l-'Abbâs, le Mecquois, était poète ; cependant on ne suspectait pas la sincérité de ses hadiths. Il rapporte avoir entendu 'Abdallah ben 'Amr ben El 'Âs lui faire le récit suivant : "Le Prophète me dit : "Tu jeûnes continuellement et tu passes tes nuits debout. - Oui, lui répondis-je. - Si tu continues à faire ainsi, répliqua le Prophète, ta vue s'affaiblira et ta santé périclitera. Celui qui jeûne perpétuellement ne jeûne pas. Un jeûne de trois jours, tel est le jeûne perpétuel. - Mais je puis faire mieux, repris-je. - Eh bien, ajouta-t-il, jeûne comme jeûnait David.
Il jeûnait un jour et rompait le jeûne le jour suivant, et il ne fuyait pas quand il rencontrait l'ennemi.

2. D'après Abou Qilâba, Abou'l-Malîh lui dit : "J'entrai avec ton père chez 'Abdallah ben 'Amr. Ce dernier lui fit le récit suivant : "L'Envoyé de Dieu, à qui on avait parlé de mon jeûne, se présenta chez moi. Je lui offris un coussin en peau bourré de paille, mais il s'assit à terre, le coussin restant placé entre lui et moi.
Est-ce que, me dit-il, il ne te suffit pas de (jeûner) trois jours chaque mois ? - Ô Envoyé de Dieu ! m'écriais-je. - Cinq alors, reprit-il. - Ô Envoyé de Dieu ! repris-je. - Sept alors. - Ô Envoyé de Dieu ! - Neuf. - Ô Envoyé de Dieu ! - Onze."
Enfin, le Prophète dit : "On ne peut jeûner plus que David, c'est à dire la moitié du temps. Jeûne donc un jour et romps le jeûne le jour suivant."


CHAPITRE LX. - Du jeûne pendant les nuits claires qui sont celles des treize, quatorze et quinze (du mois).

1. "Mon ami, le Prophète, dit Abou Horaïra, m'a recommandé de jeûner trois jours chaque mois, de faire deux rika' à la prière de la matinée (doha) et de faire une rika' impaire avant de m'endormir."


CHAPITRE LXI. - De celui qui visite des gens et qui ne rompt pas le jeûne chez eux.

1. Anas a dit : "Le Prophète étant entré chez Omm Solaïm, celle-ci lui offrit des dates et du beurre. "Remettez ce beurre dans son outre et ces dattes dans leur panier, s'écria le Prophète, car je suis en état de jeûne." Il se leva après cela, alla dans un coin de la maison, fit une prière non canonique ; puis il appela Omm Solaïm et toute sa famille. "Ô Envoyé de Dieu, dit alors Omm Solaïm, j'ai une petite chose particulière à te dire. - Et quelle est-elle ? demanda-t-il. - Ton serviteur Anas (fais des voeux pour lui !)."
"Alors, dit Anas, le Prophète ne laissa aucun bien de ce monde et de l'autre sans faire des voeux pour que je l'aie. "Ô mon Dieu, dit-il, donne-lui la fortune, donne-lui des enfants et bénis-le." Aussi, ajoute Anas, je suis le plus riche de tous les Ansâr."
"Ma fille, Omayna, ajouta Anas, m'a rapporté que le nombre de mes enfants qui furent enterrés à Bassora lors de la venue de El-Haddjâdj était de cent vingt."


CHAPITRE LXII. - Du jeûne à la fin du mois.

1. Avec des isnâd différents, 'Imrân ben Hosaïn rapporte que le Prophète lui demanda - ou demanda en sa présence à un homme : - "Ô Abou un Tel, as-tu jeûné pendant les derniers jours de ce mois ? - et il ajouta, je crois, de ramadân. - Non, ô Envoyé de Dieu, répondit l'homme. - Eh bien, reprit le Prophète, lorsque tu auras rompu le jeûne, jeûne deux jours (supplémentaires)."
Es Salt ne mentionne pas ces mots : "Je crois, de ramadân."
El Boukhâri dit que suivant un autre isnâd, le Prophète aurait dit : "Les derniers jours de Cha'bân."


CHAPITRE LXIII. - Du jeûne le jour du vendredi. - Celui qui, le matin du vendredi, est en état de jeûne, doit rompre le jeûne, c'est à dire s'il n'était pas en état de jeûne avant ce jour et s'il ne devait pas continuer le jeûne ensuite.

1. Mohammed ben 'Abbâd a dit : "J'interrogeai Djâbir pour savoir si le Prophète avait interdit le jeûne du vendredi : "Oui, me répondit-il." Un autre traditionniste ajoute : "Quand on ne jeûne que ce jour-là."

2. Abou Horaïra rapporte qu'il a entendu le Prophète dire : "Que personne de vous ne jeûne le vendredi, à moins qu'il ait jeûné la veille ou qu'il doive jeûne le lendemain."

3. Avec deux isnâd différents, Djouwairia bent El Hârits rapporte que le Prophète entra chez elle un vendredi alors qu'elle jeûnait. "As-tu jeûné hier ? demanda-t-il. - Non, répondit-elle. - Dois-tu jeûner demain ? reprit-il. - Non, répliqua-t-elle. - Eh bien ! romps le jeûne, lui dit-il."


CHAPITRE LXIV. - Doit-on choisir spécialement certains jours (pour le jeûne.)

1. 'Alqama rapporte ceci : "Je dis à 'Aïcha : "L'Envoyé de Dieu avait-il des jours spéciaux pour jeûner ?" - "Non, répondit-elle ; le jeûne état sa pratique constante. Mais qui de vous pourrait supporter ce que l'Envoyé de Dieu supportait ?"


CHAPITRE LXV. - Du jeûne le jour de 'Arafa.

1. Avec deux isnâd différents, Omm El Fadl bent El Hârits rapporte que des fidèles discutaient près d'elle le jour de 'Arafa au sujet du jeûne du Prophète. Certains prétendaient qu'il jeûnait, d'autres assuraient qu'il ne jeûnait pas. Alors Omma El Fadl envoya une jatte de lait au Prophète qui, à ce moment, était debout sur son chameau, et le Prophète but ce lait.

2. Maïmouna a dit : "Comme on était en doute au sujet du jeûne du Prophète le jour de 'Arafa, je lui envoyai un pot de lait au moment où il était debout à la station. Il but ce lait et tous les fidèles le virent."


CHAPITRE LXVI. - Du jeûne le jour de la fête de la rupture du jeûne.

1. Abou 'Obaïd, affranchi de Ibn Azhar, a dit : "J'assistai à la fête de la rupture du jeûne avec 'Omar ben El Khattab. "Il y a deux jours, dit ce dernier, pendant lesquels le Prophète a interdit de jeûner : l'un de ces jours est celui où vous rompez le jeûne du ramadân, et l'autre jour est celui où vous mangez vos victimes."

2. Abou Sa'îd a dit : "L'Envoyé de Dieu a interdit de jeûner le jour de la fête de la rupture du jeûne et le jour du sacrifice." Et, d'après Es-Semmâ, il défendit que l'homme se drapât dans une seule pièce d'étoffe et aussi qu'il fit une prière après celle du matin et celle de l'après-midi.


CHAPITRE LXVII. - Du jeûne le jour du sacrifice.

1. Abou Horaïra a dit qu'il était interdit de faire deux jeûnes et deux ventes : le jeûne du jour de la fête de la rupture du jeûne et de la fête du sacrifice ; la vente au toucher et celle dans laquelle ou se lance réciproquement les objets.

2. Ziyâd ben Djobaïr a dit : "Un homme vint trouver Ibn 'Omar et lui dit : "Un homme a fait le voeu de jeûner un jour - je crois qu'il dit deux - et ce jour tombe un jour de la fête. - Dieu, répondit Ibn 'Omar a ordonné d'accomplir ses voeux, mais le Prophète a défendu de jeûner pendant un pareil jour."

3. Qaza'a rapporte qu'il a entendu dire à Abou Sa'îd El Khodry qui avait fait douze expéditions avec le Prophète : "J'ai entendu de la bouche du Prophète quatre maximes qui m'ont plu ; il a dit : "Qu'une femme ne voyage pas à une distance de deux journées de marche sans avoir avec elle son mari ou quelqu'un que la loi lui interdit d'épouser. - Il y a deux jours pendant lesquels on ne saurait jeûner : le jour de la fête de la rupture du jeûne et le jour de la fête du sacrifice. - Il y a deux moments où il ne faut pas faire de prière : entre le matin et midi ; entre l'après-midi et le coucher du soleil. - Ne sanglez pas vos montures sinon pour aller à trois mosquées : la mosquée de la Mecque, celle de Jérusalem et ma mosquée que voici."


CHAPITRE LXVIII. - Du jeûne pendant les jours de Et Techrîq.

1. 'Orwa a dit : "'Aïcha jeûnait pendant les journées de Mina et son père (Abou Bakr) jeûnait également."

2. Sâlim et Ibn 'Omar ont dit : "Il n'était pas toléré que l'on jeûnât pendant les journées de Et Techrîq, à moins qu'on n'eût pas pu se procurer de victime."

3. Ibn 'Omar a dit : "Le jeûne était prescrit pour celui qui accomplissait successivement la visite pieuse et le pèlerinage jusqu'au jour de 'Arafa. Celui qui n'avait pas pu se procurer de victime et qui n'avait pas jeûné pendant les journées de Mina."


CHAPITRE LXIX. - Du jeûne le jour de 'Âchourâ.

1. D'après 'Abdallah ben 'Omar, le Prophète a dit : "Celui qui veut, peut jeûner le jour de 'Âchourâ."

2. D'après 'Orwa ben Ez Zobaïr, 'Aïcha a dit : "Le Prophète avait tout d'abord ordonné de jeûner le jour de 'Achourâ. Puis, quand le ramadân fut prescrit, jeûna qui voulut et ne jeûna pas ce jour-là qui voulut."

3. D'après Ez Zobaïr, 'Aïcha a dit : "Avant l'islamisme les Qoraïchites jeûnaient le jour de 'Achourâ, et, avant la prédication de l'islamisme, l'Envoyé de Dieu faisait également ce jeûne. Il le fit quand il arriva à Médine et ordonna de le faire. Mais quand le ramadân fût prescrit, il abandonna le jeûne du jour de 'Achourâ. Ceux qui voulurent ensuite jeûnèrent ce jour-là, ceux qui ne voulurent pas ne jeûnèrent pas."

4. Homaid ben 'Abderrahman rapporte avoir entendu Mo'âwia ben Abou Sofyân dire, en chaire, le jour de 'Achourâ, l'année où il fit le pèlerinage : "Ô gens de Médine, où sont vos savants ? J'ai entendu l'Envoyé de Dieu dire : C'est aujourd'hui le jour de 'Achourâ ; Dieu ne vous a pas prescrit de jeûner en ce jour, mais, moi, je jeûne ; que ceux qui voudront jeûnent, que ceux qui ne le voudront pas ne jeûnent pas."

5. Ibn 'Abbâs a dit : "Le Prophète vint à Médine et vit que les Juifs jeûnaient le jour de 'Achourâ. "Qu'est-ce ceci ? dit-il. - C'est un jour saint, lui répondit-on, le jour où Dieu a délivré les Benou Israël de leur ennemi, et Moïse a jeûné ce jour-là. - Moi, dit-il, j'ai plus de devoirs envers Moïse que vous." Et il jeûna et il ordonna de jeûner.

6. Abou Mousa a dit : "Les Juifs considéraient le jour de 'Achourâ comme un jour de fête. Et alors le Prophète dit : "Jeûnez ce jour-là vous aussi."

7. Ibn 'Abbâs a dit : "Je n'ai pas vu le Prophète manifester de préférence pour jeûner un moment plutôt qu'un autre, sauf pour ce jour-ci, c'est à dire, le jour de 'Achourâ, et pour ce mois-ci, c'est à dire le mois de ramadân."

8. Salam ben El Akwa' a dit : "Le Prophète donna l'ordre à un homme des Aslam de faire l'annonce suivante aux fidèles : "Que celui qui a déjà mangé jeûne le reste de ce jour, et que celui qui n'a pas encore mangé jeûne également, car aujourd'hui c'est le jour de 'Achourâ."

                                 

Page 1.....2.....3.....4.....5
 

 

Titre 1 :
De la révélation à son début.
Titre 2 :
De la foi     
Titre 3 :
De la science.
Titre 4 :
Des ablutions
Titre 5 :
De la lotion.
Titre 6 :
Des menstrues.
Titre 7 :
De la lustration
Titre 8 :
De la prière.
Titre 9 :
Des heures fixées pour la prière.
Titre 10 :
De l'appel à la prière.   
Titre 11 :
Du vendredi.
Titre 12 :
De la prière en cas de danger.
Titre 13 :
Des deux fêtes.
Titre 14 :
De la rika' impaire.
Titre 15 :
Des rogations.
Titre 16 :
Des éclipses.
Titre 17 :
De la prosternation (pendant
 la récitation du Coran.)
Titre 18 :
De l'abrègement de la prière.
Titre 19 :
De la prière nocturne.
Titre 20 :
De la supériorité de la prière (faite) dans la mosquée de la Mecque et dans celle de Médine.
Titre 21 :
Des catégories d'actes permis pendant la prière.
Titre 22 :
Des distractions dans la prière.
Titre 23 :
Des funérailles.
Titre 24 :
De la dîme.
Titre 25 :
Du pèlerinage.
Titre 26 :
De la visite pieuse.
Titre 27 :
Du pèlerin empêché.
Titre 28 :
De l'expiation du délit de chasse et
d'autres choses analogues.
Titre 29 :
Des mérites de Médine.
Titre 30 :
Du jeûne.
Titre 31 :
De la prière (en commun) pendant
les nuits de Ramadan.
Titre 32 :
De l'excellence de la nuit du destin.
Titre 33 :
 De la retraite spirituelle.
 



 

 

© La Plume de l'Islam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




 

Nombre de visiteurs aujourd'hui :

Actuellement en ligne :

Pages visitées :