Sahih Al Boukhari
 

 

 
 

TITRE 25

DU PELERINAGE

CHAPITRE XC. - De l'abrègement du prône le jour de 'Arafa.

1. Sâlim ben 'Abdallah rapporte que 'Abdelmalik ben Merwân écrivit à El Haddjâdj de se laisser diriger par 'Abdallah ben 'Omar dans le pèlerinage. Lorsque ce fut le jour de 'Arafa, Ibn 'Omar vint - et j'étais avec lui - quand le soleil déclina (c'est à dire peu de temps après midi, au moment de la plus forte chaleur.) et se mit à crier auprès de la tente d'El Haddjâdj : "Où est-il donc ?" El Haddjâdj étant alors sorti, Ibn 'Omar lui dit : "Il faut partir. - Maintenant ? demanda El Haddjâdj ? - Oui, répliqua Ibn 'Omar. - Eh bien, reprit-il, attends que je me passe de l'eau sur la tête." Ibn 'Omar descendit de sa monture et attendit que El Haddjâdj sortit. Puis il se mit en marche entre mon père et moi. Je dis alors à El Haddjâdj : "Si tu veux suivre en ce jour la pratique prophétique, abrège le prône et hâte-toi d'achever la prière." Ibn 'Omar dit : "Il a raison."

 

CHAPITRE XCI. - De la station à 'Arafa.

1. Djobaïr ben Mot'im a dit : "Un de mes chameaux s'était égaré ; je me mis à sa recherche le jour de 'Arafa. J'aperçus le Prophète qui était debout à 'Arafa. Alors je dis : "Par Dieu, c'est un Homs ! que fait-il donc-là ?"

2. 'Orwa a dit : "Au temps du paganisme les gens faisaient tout nus la tournée processionnelle. Les Homs, et par là on entendait Qoraïch et ses descendants, faisaient seuls exception. Chaque homme des Homs se faisait un mérite de donner des vêtements à des hommes qui les revêtaient pour la tournée processionnelle. Les femmes donnaient également à certaines femmes des vêtements qu'elles revêtaient pour la tournée processionnelle. Ceux à qui les Homs ne donnaient point de vêtements faisaient la tournée processionnelle du temple tout nus. La masse des pèlerins dévalait tumultueusement de 'Arafa, tandis que les Homs pratiquaient la chose de Djam' (c'est un des noms de El Mozdalifa)."
"Mon père m'a dit tenir de 'Aïcha que c'est au sujet des Homs que le verset suivant a été révélé : "Puis dévalez par là où les autres dévalent..." (sourate II, verset 195). Les Homs dévalaient autrefois par Djam' ; ils dévalèrent dorénavant par 'Arafât.

 

CHAPITRE XCII. - De l'allure quand on dévale de 'Arafat.

1. Abou 'Orwa a dit : "Pendant que j'étais assis près de Osâma, on demanda à ce dernier quelle allure prit l'Envoyé de Dieu au pèlerinage d'adieu, lorsqu'il dévala. "Il allait à une allure assez modérée ; mais, quand il se trouvait au large, il précipitait vivement son allure."

 

CHAPITRE XCIII. - De la descente (de monture) entre 'Arafat et Djam'.

1. D'après Osâma ben Zaïd, le Prophète, quand il dévala de 'Arafat, inclina du côté du ravin. Il satisfit ses besoins naturels et fit ses ablutions. Comme je lui disais : "Ô Envoyé de Dieu, vas-tu faire la prière ?" il me répondit : "La prière (se fera là-bas) devant toi."

2. Nâfi' a dit : 'Abdallah ben 'Omar faisait ensemble à Djam' les deux prières du coucher du soleil et du soir. Toutefois il passait par le ravin qu'avait pris l'Envoyé de Dieu ; il y entrait, accomplissait ses besoins naturels, faisait ses ablutions, mais ne faisait la prière qu'arrivé à Djam'.

3. Osâma ben Zaïd a dit : "J'étais en croupe de l'Envoyé de Dieu quand il partit de 'Arafat. Arrivé au ravin, qui est à gauche en deçà de El Mozdalifa, l'Envoyé de Dieu fit agenouiller sa chamelle et urina. Je vins lui verser l'eau des ablutions et il fit une ablution légère. "Tu vas faire la prière ? lui dis-je. - La prière, me répondit-il, se fera là-bas devant toi." L'Envoyé de Dieu enfourcha alors sa monture et, arrivé à El Mozdalifa, il y fit la prière."
Ce fut ensuite El Fadl qui monta en croupe de l'Envoyé de Dieu le matin au départ de Djam'. Or, rapporte Karîb, 'Abdallah ben 'Abbâs m'a raconté tenir de El Fadl que l'Envoyé de Dieu ne cessa de faire la telbiya jusqu'au moment du jet des cailloux.

 

CHAPITRE XCIV. - Le Prophète prescrit le calme au moment du dévalement. Il y invitait les fidèles en faisant un geste avec son fouet.

1. Ibn 'Abbâs rapporte qu'il dévala avec le Prophète le jour de 'Arafa. Entendant derrière lui une violente bousculade et les coups qu'on donnait aux chameaux, le Prophète fit un geste avec son fouet disant : "Ô fidèles, du calme ! la piété ne consiste pas à forcer sa monture."

 

CHAPITRE XCV. - De la réunion des deux prières à El Mozdalifa.

1. Osâma ben Zaïd a dit : "L'Envoyé de Dieu dévala de 'Arafa ; il descendit dans le ravin, urina et fit une ablution sans l'accomplir intégralement. "Tu vas faire la prière ? lui dis-je. - La prière, me répondit-il, se fera là-bas, devant toi." Arrivé à El Mozdalifa, il fit l'ablution complète et, le second appel à la prière ayant été fait, il fit la prière du coucher du soleil. Ensuite, chacun ayant fait agenouiller sa chamelle à l'endroit qu'il devait occuper, le second appel à la prière (du soir) fut fait et il pria sans avoir fait de prière dans l'intervalle.

 

CHAPITRE XCVI. - De celui qui réunit deux prières sans faire de prière surérogatoire.

1. Ibn 'Omar a di : "A Djam', le Prophète réunit les deux prières du coucher du soleil et du soir, chacune d'elles ayant été l'objet d'un second appel. Entre ces deux prières, pas plus qu'à la suite d'aucune d'elles, il ne fit de prière surérogatoire.

2. Abou Ayyoub El Ansâri rapporte que, à El Mozdalifa, lors du pèlerinage d'adieu, l'Envoyé de Dieu réunit les deux prières du coucher du soleil et du soir.

 

CHAPITRE XCVII. - De celui qui fait le premier et le second appel pour chacune de ces deux prières.

1. 'Abderrahman ben Yazîd a dit : "'Abdallah fit le pèlerinage et nous arrivâmes à El Mozdalifa au moment du premier appel de la prière du soir ou tout près de ce moment là. 'Abderrahman donna l'ordre à un homme de faire le premier et le second appel de la prière ; il fit la prière du coucher du soleil, pria ensuite deux rika', puis demanda son souper. Il soupa et donna l'ordre à un homme de faire le premier et le second appel à la prière, à ce que je crois. - Ce doute, dit 'Amr n'a pas été formulé, à ce que je sache, par un autre que Zohaïr. - 'Abdallah pria deux rika' pour la prière du soir. Quand l'aurore vint, il dit : "Le Prophète ne faisait pas de prière à cette heure, excepté celle-ci en cet endroit et en ce jour."
'Abdallah ajouta : "Il y a deux prières dont les heures canoniques peuvent être changées : la prière du coucher du soleil quand les fidèles sont arrivés à El Mozdalifa et celle de l'aurore (du matin) quand l'aube a blanchi. J'ai vu, ajouta-t-il, le Prophète agir ainsi.

 

CHAPITRE XCVIII. - De celui qui, la nuit, envoie en avant les faibles de sa famille se tenir à El Mozdalifa et y faire des invocations et qui les envoie quand la lune est couchée.

1. Sâlim a dit : "La nuit, 'Abdallah ben 'Omar envoyait en avant les faibles de sa famille se tenir sur le monticule sacré de El Mozdalifa et y faire telles prières qu'ils voudraient. Ils revenaient avant que l'imam se tînt debout et que le dévalement commençât ; les uns se rendaient à Mina pour la prière du matin, d'autres n'y arrivaient que plus tard. Aussitôt arrivés, tous jetaient les cailloux. Ibn 'Omar disait que l'Envoyé de Dieu avait admis cette tolérance en faveur de ces gens-là."

2. Ibn 'Abbâs a dit : "Le Prophète m'envoya pendant la nuit veille de Djam'."

3. Ibn 'Abbâs a dit : "Je fus un de ceux que le Prophète envoya de nuit en avant la veille de El Mozdalifa, avec les faibles de sa famille."

4. 'Abdallah, affranchi de Asmâ, rapporte que celle-ci était installée près de El Mozdalifa la nuit veille de Djam'. Elle se leva pour faire la prière et, quand elle eut prié un instant, elle dit : "Mon cher enfant, la lune est-elle couchée ? - Non, répondis-je." Elle pria encore un instant et reprit : "Mon cher enfant, la lune est-elle couchée ? - Oui, répliquai-je." Alors, ajoute Asmâ, on se mit en route et nous partîmes également ; en passant je jetai les cailloux. Arrivée à sa tente, Asmâ fit la prière du matin. "Eh ! lui dis 'Abdallah, il me semble que (pour le jet des cailloux) nous étions encore dans les ténèbres. - Mon cher enfant, répondit-elle, l'Envoyé de Dieu l'a permis aux femmes."

5. 'Aïcha a dit : "Souda avait demandé au Prophète l'autorisation (de partir pour Mina) la nuit veille de El Djam' parce qu'elle était opulente de formes et qu'elle marchait péniblement. Le Prophète lui accorda cette autorisation."

6. 'Aïcha a dit : "Nous étions installés à El Mozdalifa. Souda demanda alors au Prophète l'autorisation de partir pour Mina avant la cohue des fidèles et cela parce qu'elle avait peine à marcher. Cette permission lui ayant été accordée, elle partit avant la bousculade des fidèles. Quant à nous, nous attendîmes le matin et descendîmes avec le Prophète. Si j'avais demandé (et obtenu) du Prophète l'autorisation que lui avait demandée Souda, cela m'aurait causé plus de joie que n'importe quel autre plaisir.

 

CHAPITRE XCIX. - Quand fait-on la prière du matin à Djam' ?

1. 'Abdallah a dit : "Je n'ai jamais vu le Prophète faire aucune prière canonique en dehors des heures fixées, sauf pour deux prières. Il a réuni les deux prières du coucher du soleil et du soir et a fait la prière du matin avant l'heure fixée."

2. 'Abderrahman ben Yazîd a dit : "Je partis avec 'Abdallah pour la Mecque. Ensuite nous nous rendîmes à Djam' ; là, il fit deux prières, chacune séparément avec son premier et second appel, et il soupa entre les deux prières. Quand l'aube se leva, il fit la prière du matin - les uns disent quand l'aube se leva ; d'autres, avant qu'elle ne se levât. - Ensuite il dit : "Certes, l'Envoyé de Dieu a dit : "Voici deux prières dont j'ai changé les heures en cet endroit : la prière du coucher du soleil et celle du soir. Que les fidèles ne viennent pas à Djam' avant la nuit close et qu'ils fassent la prière du matin à cette heure-ci." Ensuite il se tint debout jusqu'à ce qu'il fit jour et il dit : "Si le prince des croyants dévalait maintenant, il suivrait la pratique prophétique." - Je ne sais pas s'il se servit de l'expression اسرع (se hâter) ou  جفع  (marcher à bonne allure) en parlant de 'Otsmân. - Ensuite 'Abdallah ne cessa de faire la telbiya jusqu'à ce qu'il eut jeté les cailloux de El 'Aqaba, le jour du sacrifice."

 

CHAPITRE C. - Quand doit-on dévaler de Djam' ?

1. 'Amr ben Maïmoun a dit : "J'étais présent quand 'Omar fit à Djam' la prière du matin. La prière faite, il resta debout et dit : "Les polythéistes attendaient pour dévaler que le soleil fût levé et ils disaient : "Tsabîr, sois éclairé par le soleil." Le Prophète voulut agir différemment et il dévala avant que le soleil ne fût levé."

 

CHAPITRE CI. - De la telbiya et du Tekbîr le matin du jour du sacrifice, au moment du jet des cailloux à 'Aqara et du fait de se mettre en croupe d'un autre pour le trajet.

1. Selon Ibn 'Abbâs, le Prophète prit en croupe El Fadl, et El Fadl rapporte que le Prophète ne cessa de faire la telbiya jusqu'au moment où il jeta les cailloux.

2. Ibn 'Abbâs rapporte que Osâma monta en croupe de l'Envoyé de Dieu depuis 'Arafa jusqu'à El Mozdalifa. Ensuite le Prophète prit en croupe El Fadl de El Mozdalifa à Mina. Tous deux dirent que le Prophète ne cessa de faire la telbiya jusqu'au moment où il jeta les cailloux à 'Aqaba.

 

CHAPITRE CII. - De ces mots du Coran : "...Celui qui accomplit successivement la visite pieuse et le pèlerinage devra offrir une victime selon ses moyens...habitant la ville du temple sacré..." (sourate II, verset 192).

1. Abou Djamra a dit : "Je questionnai Ibn 'Abbâs au sujet de l'accomplissement successif du pèlerinage et de la visite pieuse. Il me prescrivit de le faire. Je l'interrogeai ensuite sur la victime. Il me répondit qu'elle pouvait consister en un morceau de viande, une vache, un mouton ou encore en la participation à un sacrifice. Il paraît que certains fidèles réprouvaient l'accomplissement successif des deux rites. Or, pendant mon sommeil, il me sembla voir en songe un homme qui s'écriai : Un pèlerinage pieusement accompli suivi d'une visite pieuse agréée. J'allai trouver Ibn 'Abbâs et lui racontai la chose : "Dieu est grand, me répondit-il, c'est la pratique même d'Abou-'l-Qâsim (Le Prophète Mohamed)."

 

CHAPITRE CIII. - De l'emploi comme monture du chameau-victime. - D'après ces mots du Coran : Le chameau victime, nous en avons fait pour vous un des rites de Dieu. Vous en tirerez des bienfaits. Mentionnez le nom de Dieu sur les victimes au moment où elles seront sur trois pieds. Lorsque leurs flancs auront touché le sol, mangez leur chair et donnez-en à manger au mendiant et au pauvre honteux. C'est ainsi que vous seriez reconnaissants. - Ni leurs chairs, ni leur sang n'iront jusqu'à Dieu, car votre piété seule ira jusqu'à lui. C'est ainsi que nous vous avons soumis ces animaux afin que vous reconnaissiez la grandeur de Dieu à cause de la bonne voie dans laquelle il vous a conduits. Annonce la bonne nouvelle à ceux qui font le bien. (sourate XXII, verset 37 et 38).

1. Selon Abou Horaïra, l'Envoyé de Dieu ayant vu un homme qui conduisait sa victime par le licol, lui dit : "Monte sur ton animal. - C'est une victime, répondit l'homme. - Monte-la, reprit le Prophète. - C'est une victime, répéta l'homme. - Monte-la donc, malheureux ! s'écria le Prophète à la seconde ou à la troisième fois."

2. D'après Anas, le Prophète ayant vu un homme conduisant une victime par le licol, lui cria : Monte-la. - C'est une victime, répondit l'homme. - Monte-la, reprit le Prophète. - C'est une victime, répéta l'homme. - Monte-la, lui dit le Prophète pour la troisième fois."
 

 

Page 1...2...3...4...5...6...7...8...9...10...11
 

 

Titre 1 :
De la révélation à son début.
Titre 2 :
De la foi     
Titre 3 :
De la science.
Titre 4 :
Des ablutions
Titre 5 :
De la lotion.
Titre 6 :
Des menstrues.
Titre 7 :
De la lustration
Titre 8 :
De la prière.
Titre 9 :
Des heures fixées pour la prière.
Titre 10 :
De l'appel à la prière.   
Titre 11 :
Du vendredi.
Titre 12 :
De la prière en cas de danger.
Titre 13 :
Des deux fêtes.
Titre 14 :
De la rika' impaire.
Titre 15 :
Des rogations.
Titre 16 :
Des éclipses.
Titre 17 :
De la prosternation (pendant
 la récitation du Coran.)
Titre 18 :
De l'abrègement de la prière.
Titre 19 :
De la prière nocturne.
Titre 20 :
De la supériorité de la prière (faite) dans la mosquée de la Mecque et dans celle de Médine.
Titre 21 :
Des catégories d'actes permis pendant la prière.
Titre 22 :
Des distractions dans la prière.
Titre 23 :
Des funérailles.
Titre 24 :
De la dîme.
Titre 25 :
Du pèlerinage.
Titre 26 :
De la visite pieuse.
Titre 27 :
Du pèlerin empêché.
Titre 28 :
De l'expiation du délit de chasse et
d'autres choses analogues.
Titre 29 :
Des mérites de Médine.
Titre 30 :
Du jeûne.
Titre 31 :
De la prière (en commun) pendant
les nuits de Ramadan.
Titre 32 :
De l'excellence de la nuit du destin.
Titre 33 :
 De la retraite spirituelle.
 



 

 

© La Plume de l'Islam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




 

Nombre de visiteurs aujourd'hui :

Actuellement en ligne :

Pages visitées :